MOUTTE JEAN PHILIPPE
29 rue Georges Mandel
33000  Bordeaux
Menu

Les questions/réponses sur la psychothérapie en Gironde

Vous souhaitez suivre une psychothérapie en Gironde, mais vous avez plusieurs questions avant de commencer ? Découvrez ci-dessous les questions les plus fréquemment posées au psychologue ainsi que les réponses qu'il y apporte. Si des interrogations persistent, n'hésitez pas à contacter Jean-Philippe Moutte. Il prendra le temps de vous répondre.

Les questions sur la psychothérapie en Gironde

 

Qu’est-ce qu’un psychologue clinicien ?

Le titre de psychologue est délivré aux détenteurs d’un Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (actuellement Master Pro 2) de psychologie, au terme d’une formation universitaire qui dure 5 ans.

La psychologie clinique est la spécialité de psychologie portant sur la conduite humaine, fondée principalement sur l'observation et l'analyse approfondie des situations individuelles, aussi bien normales que pathologiques, et pouvant s'étendre à celle des groupes. Elle est notamment issue des apports de la psychanalyse qui lui a transmis l’un de ses modèles de compréhension tant du fonctionnement psychique que de ce qui s'y joue.

L’exercice de la profession de psychologue est régi par un code de déontologie qui assure le respect des droits de la personne et la préservation de sa vie privée en garantissant le secret professionnel. Ce code peut notamment être consulté sur le site de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (http://www.psychologues-psychologie.net).

L’inscription des psychologues sur la liste départementale des personnes autorisées à faire usage du titre de psychologue est obligatoire. Cette liste (répertoire A.D.E.L.I.) est consultable auprès de la DDASS de votre département.

Qu’est-ce qu’une psychothérapie, un psychothérapeute ?

Un travail psychothérapeutique consiste à interroger, par la parole, sa propre histoire, les représentations que l’on a de soi et de ses relations à l’autre afin de parvenir à une compréhension de la signification inconsciente des symptômes, des conduites, des conflits, de l’insatisfaction ou de la souffrance qui ont suscité la demande de consultation.
Outre un apaisement, une psychothérapie vise donc la subjectivation, l’autonomisation du sujet, c’est-à-dire la capacité à ne plus subir son histoire, à prendre des décisions par et pour soi-même, à prendre soin de soi. Il est naturel que cela prenne du temps.

D’importants débats ont lieu depuis de nombreuses années dans la mesure où les pouvoirs publics souhaitent donner un cadre légal au statut de psychothérapeute. Plusieurs projets de loi ont été successivement présentés, votés, amendés, remaniés. Le dernier décret d’application de la loi du 9 août 2004 (promulgué le 20 mai 2010) fait pour le moment l’objet d’une contestation par de nombreuses associations de professionnels (Société Française de Psychologie, Syndicat National des Psychologues, Fédération Française des Psychologues et de Psychologie, entre autres) dans la mesure où il ne donne pas même une définition claire de ce qu’est une psychothérapie.

Pourquoi consulter ?

Même si les temps changent, il est encore fréquent que des personnes qui souffrent n’osent pas consulter parce qu’elles craignent de passer pour folles. Or, l’aide d’un psychologue clinicien est destinée à tous ceux qui, à un moment ou à un autre de leur vie, s’interrogent ou s’inquiètent de ce qu’ils vivent, se sentent envahis ou débordés par des symptômes ou des troubles spécifiques (angoisses, phobies, troubles du sommeil ou de l’alimentation, addictions, idées ou gestes suicidaires, violences subies ou agies, difficultés scolaires, professionnelles, conjugales, etc.), par des émotions ou des difficultés plus diffuses (irritabilité, tristesse, isolement, etc.) ou par les conséquences d’un évènement particulier (rupture amoureuse, séparation des parents, deuil, annonce d’une maladie grave, etc.).
Un psychologue clinicien peut donc intervenir ponctuellement ou régulièrement dans la détection et l’évaluation d’une souffrance, l’écoute et le soin de personnes présentant des difficultés ou des troubles très variés. Il peut aussi s’agir de personnes ne rencontrant pas de problème spécifique a priori, mais souhaitant « que quelque chose change, évolue ».

Quels sont vos domaines de spécialisation ?

Mes travaux universitaires et ma pratique m’ont conduit à m’intéresser tout particulièrement aux processus de destructivité (de soi, de l’autre) et aux processus de créativité que chacun met en œuvre à différents moments de son existence (enfance, adolescence, âge adulte).

Faites-vous passer des bilans et lesquels ?

  • Bilan de compétences intellectuelles (généralement qualifié de test de QI). En fonction de l’âge de l’enfant ou de l’adolescent, de sa problématique et du contexte de la demande, différents outils peuvent être utilisés (WISC, WAIS, K-ABC, Figure de Rey, etc.). Ce type d’épreuve dure environ deux heures et est systématiquement précédée d’un entretien préliminaire et suivie d’un entretien de restitution.
  • Bilan projectif basé sur la passation d’une ou plusieurs épreuves (CAT, Scénotest, Rorschach, TAT) permettant d’appréhender la nature de l’organisation psychique, ses potentialités et ses fragilités. Chaque épreuve dure une heure environ. Ce type de bilan est également précédé d’un entretien préliminaire et suivi d’une séance de restitution.

Quelles sont la durée et la fréquence des séances ?

La durée des séances peut varier de 30 à 45 minutes ; elle est fixée par le psychologue après discussion avec le patient, en fonction des besoins de ce dernier.

Quels sont vos tarifs ?

Ils sont compris entre 35 € et 50 € et varient en fonction du type de prise en charge et du nombre de séances hebdomadaires.

Ils peuvent faire l’objet d’un aménagement en fonction des revenus des patients.
Les consultations avec un psychologue ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Certaines mutuelles remboursent un nombre limité de séances, d’autres tout ou partie des honoraires sans limitation de nombre, d’autres encore ne remboursent pas ce type de prise en charge.

Consultez les questions/réponses sur la psychothérapie en Gironde !